Style Switcher

Predefined Colors

L’Ecole de la Vie

J’ai presque 10 ans… J’en ai ramassé des peaux de bananes ! Si bien que j’ai l’impression qu’il y en a de moins en moins : dans certains quartiers, il est même impossible d’en trouver…

Pour couronner ma décennie de vie, cette sacrée peau de banane devait m’offrir un cadeau d’une toute autre dimension, d’autant qu’après 5 années d’intimité, nous commencions à bien nous connaître. Les choses risquaient de devenir «normales», et il fallait bien que quelqu’un change pour éviter l’ennui. Aussi, la peau de banane décida de changer de forme, en m’offrant un florilège d’émotions.

L’intrigue

L’histoire commence alors que nous dinions en famille. Mon frère, Daniel (que tout le monde appelle Dany), avait entamé sa douzième année, et ce soir là, il était particulièrement triste. Mon père lui demanda d’où lui venait cette mine, et il répondit qu’il ne voulait plus aller à l’école. Le visage de mon père s’aggrava aussitôt. Il expliqua à mon frère qu’il avait de la chance d’aller à l’école, et qu’à travers le monde des milliers d’enfants étaient privés de cette chance. Bien sûr, mon frère trouva une parade intelligente, en rappelant que le fait qu’il aille à l’école n’allait pas faire pousser des établissements scolaires dans le tiers-monde. Mon père lui répondit :

– Tu n’en sais rien ! Aujourd’hui, tu ne peux pas savoir ce que tu feras demain avec tout ce que tu apprends… Peut-être que tu construiras une école dans un endroit où il n’y en a pas. Peut-être que tu auras l’honneur de poser la première pierre, en tant que généreux donateur. Mais la question n’est pas là : saisis la chance qui t’est offerte, ne serais-ce que par respect pour ceux à qui on n’offre rien !

Mon frère se leva de table, et alla s’isoler dans sa chambre. Dans notre chambre, car nous la partagions. C’est donc avec lui que j’avais le plus d’affinités (nous étions 7 frères et sœurs). Mon père ne termina pas son diner ce soir-là. Ce fut l’un des rares soirs où il fallut jeter une partie du repas. Ma mère le dévisagea avec ces regards qui en lisent long, avant de se résoudre à débarrasser. Visiblement, elle savait pourquoi mon père n’était plus dans son assiette…

Le lendemain matin, sur le chemin de l’école, mon frère me demanda :

– Si je ne vais pas à l’école, est-ce que tu le diras à papa ?
– Oui ! Ai-je répondu sans hésiter !

Le combat

Il entra dans ce lieu qui lui faisait si peur en baissant la tête et les épaules. Je commençais à me diriger vers mon bâtiment tandis qu’il marchait vers le sien, quand soudain, j’entendis une voix rauque saluer mon frère :

– Salut Dany le gros !

Je me retournai : mon frère marchait le dos vouté, les mains dans les poches, sans dire un mot. La dizaine d’enfants qui se trouvait là commençait à chanter d’une seule voix une chanson d’une seule phrase et d’un seul ton musical :

– Dany le gros euh… Dany le gros euh… Dany le gros euh…

Je laissais mon cartable à terre et me dirigeais vers le capitaine de l’équipe, les poings serrés. Arrivé à sa hauteur (ou du moins dans sa zone d’influence, car il avait une tête de plus que moi et une cervelle de moins, ce qui, ne m’aurait jamais permis de me placer à son niveau), j’ai exigé qu’il demande pardon à mon frère sur le champ. Dany se retourna, me regarda stupéfait et dandina latéralement de la tête d’un air effrayé.

– Je n’ai pas peur de lui Dany, ne t’inquiète pas ! Ai-je lancé à mon grand-frère, qui devenait livide.

Marc, c’est ainsi que s’appelait le molosse que je défiais, en profita pour m’envoyer une droite. Je suis resté au sol de longues secondes, puis à moitié sourd, je me suis relevé toutes griffes dehors. J’étais en transe… Celui qui porta le premier coup se retrouva face à un fauve qui défendait l’honneur de sa troupe. Je l’ai mordu, griffé, je lui ai tiré les cheveux, je me suis cramponné à son cou en lui donnant des coups de genoux dans le ventre, jusqu’à ce qu’un professeur vienne nous séparer.

La sanction

Il se passa alors une chose relativement classique : face aux juges, c’est celui qui portait le plus de marques au corps qui avait raison ! Le début de l’histoire fut occulté. Ce qui comptait, c’était le nombre de blessures apparentes, et à ce niveau, Marc avait l’avantage. J’étais moi-même choqué par son état, et je me suis rendu compte que je ne l’avais vu pleurer auparavant.  Pourtant nous nous connaissions depuis quelques années. Il rattrapa son retard de larmes dans le bureau du Directeur, ce qui me plongea dans la culpabilité.

Mon père fut convoqué pour récupérer son «animal», qui venait d’écoper d’une peine de 3 jours d’exclusion à effet immédiat avec une menace d’expulsion en cas de récidive. J’ai passé la journée dans son atelier à lire mes livres scolaires. L’après-midi, il me demanda de faire de l’intercalage : l’une des activités que je préférais dans le travail d’imprimerie : un jeu d’enfants.

Le soir, l’ambiance était encore plus triste que la veille. Avec un fils qui voulait arrêter l’école, et un autre qui n’avait plus le droit d’y aller, mon père ne savait plus où se mettre… Le lendemain matin, il me réveilla aux aurores : pas question de faire la grasse matinée, j’allais passer une journée de plus dans son atelier.

J’y ai passé l’une de plus belles journées de ma vie ! Mon père m’expliqua tout ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait. Au début il me demanda de lui trouver quelques lettres de plomb dans les cassetins (c’était l’époque des machines offset), puis il m’autorisa à insérer quelques caractères à l’intérieur du composteur, en reprenant le texte que son client lui avait écrit à la main. Après quelques minutes d’assemblage, nous avons pu admirer notre œuvre sur son «ORIGINAL HEIDELBERG»*. Mon père repéra une erreur et démonta le support pour apporter la correction nécessaire. Ceci pouvait prendre quelque longues minutes, surtout lorsque le texte était justifié.

  • Robert SCHUMAN, mon fils, n’a qu’un seul N à son nom !
  • Mais j’ai composé exactement ce qui est écrit sur le papier… regarde ! SCHUMANN avec 2 N.
  • Alors c’est le client qui s’est trompé !
  • Et c’est à toi de corriger ?
  • En théorie non, je dois exécuter le travail qu’on me donne. Il y a même des imprimeurs qui savent qu’il y a une erreur et qui l’impriment à des milliers d’exemplaires. Si le client est vraiment pointilleux, lorsqu’il s’en rend compte, il leur demande de détruire tous les prospectus et de recommencer.
  • Et ça leur fait de l’argent en plus ou en moins ?
  • En plus ! Parce qu’ils gardent la preuve qu’ils ont fait ce qui leur a été demandé…
  • Pourquoi tu ne fais pas comme eux ?
  • Pour tout un tas de raisons. C’est un peu comme «ramasser une peau de banane» : il n’y a pas qu’une seule explication. Mais ce qui est sûr, c’est que mes clients m’apprécient parce que j’en fait toujours plus que ce qu’ils me demandent… C’est ce qui te permettra de te distinguer plus tard : on te payera pour un travail précis, mais les bonus seront toujours appréciés. Et même si ce n’est pas toujours facile à comprendre, ta récompense viendra de ce «plus», sous différentes formes.
  • Oui, c’est vraiment comme une peau de banane alors…

Mon père sourit en constatant que le fond de son explication commençait à tracer des sillons dans mon esprit. Il replaça sa composition dans le ventre de la machine, mania les deux leviers qui permettaient de la réenclencher, et après 3 ou 4 impressions, il l’arrêta de nouveau pour recueillir la feuille. Il la scruta, puis il me fit un signe de satisfaction et me dit :

  • Maintenant, c’est à la machine de travailler. Toi et moi, on va faire des maths…

Je m’apprêtais à ouvrir mon cartable quand il posa sa main sur la mienne :

  • Je ne parle pas de ces mathématiques-là. Je vais plutôt t’expliquer à quoi ça sert…

L’école de la vie

Nous avons passé le reste de la matinée et une bonne partie de l’après-midi à transformer des feuilles A0 en feuilles A3, A4, A5 grâce au massicot qui tranchait des ramettes entières avec un précision incroyable. Je sélectionnais et comptais les feuilles en fonction des différentes commandes, et lorsque le format demandé n’était pas standard, je devais faire quelques calculs avant de décider s’il était préférable de partir du format B0 ou A0, sans oublier que parfois, les chutes de petite taille pouvaient être réutilisées pour les cartes de visite. Le but du jeu était de jeter un minimum de papier, pour des raisons économiques. L’écologie n’était pas une préoccupation vive à l’époque, mais sans le savoir nous faisions d’une pierre deux coups : encore une pratique multidimensionnelle à l’image de la peau de banane.

Nous avons également travaillé sur le planning, pour répartir le temps-homme et le temps-machine dans des journées de travail bien remplies, sachant que la HEIDELBERG devait être surveillée d’un œil en permanence, et alimentée régulièrement en encre.

En une journée, j’ai appris bien plus qu’en 3 semaines d’école, et ce que j’ai vécu demeure impérissable. Le soir, je me suis endormi comme un bébé, prêt à démarrer une nouvelle journée de travail intense dans l’atelier de mon papa. Mais je me trompais… Je fus bien réveillé aux aurores comme la veille, mais cette nouvelle journée ne ressembla pas à la précédente à cause d’une simple question, qui révéla la vérité à mon père.

Je vous en parlerai demain…

***

Feedback de coach

Pour aujourd’hui, j’aimerais revenir à la peau de banane, car le lien avec cette histoire ne peut être fait sans mon feedback d’adulte.

Savez-vous ce qu’est un feedback ? Beaucoup de gens pensent que c’est un simple «retour», un «réponse» qu’on destine à quelqu’un, car la phrase la plus courante contenant ce mot est :

  • Je vais vous donner mon feedback…

Or avant de donner un feedback, il faut recevoir quelque chose qui permet au feedback d’être contruit. Et c’est là que se trouve le véritable secret : face à un même évènement, chaque être humain construit une interprétation différente. Puis s’il est capable d’exprimer ce qu’il a perçu, il construit un feedback : son feedback. L’exemple le plus populaire est «l’avis» que vous partagez avec vos proches ou vos amis à propos d’un film en sortant du cinéma. En réalité, vous ne racontez pas le film, vous racontez ce que VOUS avez vu, entendu, et surtout ressenti. Votre feedback est un retour émotionnel. Et à ce titre, il est personnel et unique.

Par exemple, si vous laissez un commentaire sous cet article, ce sera VOTRE feedback qui s’exprimera.

Un feedback est un «vécu intérieur». Pour vous donner un exemple, en regardant la bande-annonce du film «Kramer contre Kramer», un enfant de divorcés ne construira pas le même feedback qu’un enfant qui a été élevé par un couple uni. Même si les deux protagonistes lisent l’information dans l’article d’un journal qui n’expose que des faits, ils ne perçoivent pas la même information… Une multitude de valeurs et de croyances vont donner à l’information factuelle une forme émotionnelle, c’est à dire une information digeste pour un être humain. L’information étant particulièrement crue, pour qu’elle soit digérée, chaque personne l’arrange à sa sauce… Votre sauce est très différente de celle de votre voisin.

La même chose se produit pendant la projection du film. Mais si tous les spectateurs ressentent globalement la même chose, c’est parce que les cinéastes ont volontairement limité les ingrédients de la sauce, tant au niveau du choix que des doses. Ils vous livrent même une partie de la recette pour que votre sauce soit compatible avec leur histoire. Les critiques cinématographiques connaissent bien ce principe. Certains jouent le jeu et considèrent que la sauce fait partie du film, alors que d’autres décident de laisser les spectateurs faire avec ce qu’ils ont en stock. C’est pour cette raison qu’un auteur qui rencontre un critique ne sait pas à quelle sauce il sera mangé…

Mais si on joue le jeu. Si on accepte les clichés, les images d’Epinal, les trucages, le style, la musique, etc. La sauce se lie. Cela ne fait pas des spectateurs de stupides moutons, mais des personnes capables de s’adapter à un décor, un contexte, une histoire… Et c’est exactement la même chose dans la vraie vie, à une différence près : face à un évènement donné, vous ne savez pas forcément quels ingrédients choisir pour composer le bon feedback, et il est même possible que vous soyez en rupture de stock de certains ingrédients. Pour être proactif, vous devez gérer votre stock, apprendre à choisir et à composer, c’est à dire participer à votre propre histoire. Vous ne connaissez pas le plat du jour, mais vous savez qu’il sera livré sans sauce, et qu’il vous appartiendra de la préparer en fonction du plat. De ce fait, même un plat qui ne vous plaît pas peut devenir digeste : vous allez le manger à votre sauce.

Chaque lecteur est unique, et même si je choisis les mot qui composent mon histoire avec soin, je sais que chacun a SON PROPRE FEEDBACK en fonction de son parcours.

Une même personne peut même décider d’exprimer plusieurs feedbacks, en faisant un effort conscient. Elle peut ensuite choisir celui qui lui profitera le plus. Le feedback est donc un outil puissant. Il permet de valoriser les émotions qui conviennent à la suite des évènements. On goûte le plat avec plusieurs sauces, avant de choisir…

C’est ce que la plupart des gens on tendance à négliger : il est possible de CHOISIR son feedback ! Un proactif préférera la responsabilité à la culpabilité. Il peut donc contrôler son ressenti dans le but de passer à l’action corrective. Un être Responsable agit, alors qu’une personne coupable a tendance à s’apitoyer sur son sort.

Par exemple, si parmi mes lecteurs il y a des personnes qui luttent contre le travail des enfants dans le monde, ils pourraient considérer que mon père m’a puni en me faisant travailler, et qu’il a profité de cette exclusion scolaire pour exploiter son rejeton !

C’est leur combat (légitime) qui les amène à porter ce jugement (illégitime). Personnellement, même si je peux comprendre leur feedback, ce n’est pas mon ressenti. Mon père a fait exactement ce qu’il a dit à mon frère au début de l’histoire : il a saisi la chance qui nous était offerte, en me faisant l’école à sa façon, un jour où cette noble institution m’a refusé l’entrée…

Dans ce cas, on pourrait se demander pourquoi mon père ne m’a pas puni. Il ne connaissait que la partie sombre de l’histoire (qui plaçait Marc en victime) et aurait très bien pu décider de sanctionner «l’animal» que j’étais aux yeux de tous. Je pourrais vous faire lire des livres et des articles de l’époque où des psychologues encourageaient les parents à battre leurs enfants. Ils leur expliquaient même COMMENT faire ! Mon père était tout à fait en DROIT de me cogner pour m’expliquer qu’il ne fallait pas frapper…

Pourquoi ne m’a-t-il pas puni ? Pourquoi ne m’a-t-il même pas parlé de l’incident pour me faire la morale ? Ceci pourrait faire penser que ce travail était la punition…

Mon feedback d’aujourd’hui est le suivant : pour mon père, je venais de glisser sur une peau de banane ! C’était un accident de parcours, et le coupable était celui ou celle qui a jeté ce piège. Mon père connaissait son fils : ce n’était pas un catcheur ! Il ne savait pas ce qui m’a amené à me battre ce matin-là, mais il savait qu’il allait le découvrir en lâchant-prise et en se focalisant sur l’instant présent. Il aurait pu tout arrêter pour m’emmener faire une promenade en forêt et parler un peu. Mais il avait 7 enfants à charge, et il les nourrissait grâce à son travail. C’est donc dans son atelier que nous fîmes cette promenade, et malgré l’odeur des encres, de l’essence, de la graisse et du plomb, nous nous baladions tous les deux entre les arbres. L’odeur du papier a certainement contribué à cette métaphore…

Mon père savait aussi que mon acte était celui d’un ramasseur de peaux de bananes : d’un garçon qui aime, qui s’aime, qui prévient, qui protège les siens, qui sait respecter les valeurs de ceux qu’il aime sans poser de questions qui mènent vers l’évitement, et qui aime poser des questions pour apprendre des choses… Un enfant qui voit briller les mêmes choses que son père, mais qui peut tomber dans un piège sournois.

Il ne savait pas ce qui l’attendait en découvrant la vérité, mais il savait qu’il pouvait me faire Confiance !

Les parents peuvent aider leurs enfants à construire leur feedback de leurs enfants. La Confiance est l’ingrédient de base qui permet à tout le reste d’opérer.

Pour mon père, l’exclusion scolaire représentait 60 punitions par minute, soit 3.600 punitions de l’heure ! Me garder à ses côtés et m’enseigner ce qu’il savait, était une façon de faire en sorte que son feedback ne soit pas le mien. Il a donc changé son propre feedback pour me l’offrir en cadeau.

Mais j’anticipe un peu… Le récit de demain complètera celui d’aujourd’hui.

A demain,

Stéphane SOLOMON

___

* Une petite vidéo sur l’ORIGINAL HEIDELBERG


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


37 COMMENTS

ps4 games it - posted on 24/08/2021 07:57

Really no matter if someone doesn’t be aware of then its up to other
people that they will help, so here it takes place.

Reply
my ps4 games - posted on 23/08/2021 08:36

It’s truly very complicated in this active life to listen news on Television, therefore I simply use world wide web for
that purpose, and get the newest information.

Reply
ps4 games this - posted on 22/08/2021 23:21

Wonderful post! We are linking to this particularly great
post on our site. Keep up the good writing.

Reply
Leigh - posted on 11/03/2021 19:08

Hi there friends, its impressive piece of writing regarding teachingand fully defined, keep it up all the time.

Reply
Myriam - posted on 07/06/2018 14:37

Bonjour Stéphane,
Allez, un comentaire de 2018 de plus !
Puisque vous parlez de confiance… ça m’a rappellé deux expériences fortes que j’ai vécues :

Je vanais de quitter mes études dans le domaine où je débutais difficilement en tant que professionnelle. Un photographe pro expérimenté m’avait pris sous son aile, et m’avait « donné un reportage qu’il ne pouvait pas assurer car il était déjà pris ce jour-là. De plus c’était le genre de petit boulot, qui certes est très important du point de vue du client, mais pas rentable pour un pro en pleine saison, c’est à dire au moment où on est jamais malade… J’ai donc fait ce boulot avec zero expéreience, recommandée par son nom à lui (ce qui n’était pas rien !) et le résultat fut catastrophique (c’était à l’époque de l’argentique, il était très facile d’échouer).
J’étais démontée, et quand il vu les résultats, il a fait uen tête un peu malade et des drôles de cris 😉
Le lendemain, ou peut-êre le jour même, il m’a rappellé parce qu’il venait de recevoir une autre demande, Cette commande là était un peu plus importante que la première.
J’hésitais à accepter pour ne pas rater une deuxième fois. Et là il m’a dit au téléphone que dans un cas comem ça, il fallait vite remonter sur le cheval (ou un truc de ce genre). J’étais étonnée de son attitude, mais j’ai senti qu’il fallait surtout lui faire confiance. C’était vraiment nouveau pour moi ce type de réaction.
Aujourd’hui je ne sais pas pourquoi il m’a fait confiance à ce point, mais c’était un beau cadeau ! Il avait aussi assez confance en lui pour assumer une éventuelle critique du client (pour un jour très important pour eux, et une époque où on ne photoshopait rien …).
Il m’a donné plein de conseils concrets à partir de mes premières erreurs. J’étais concentrée (bah oui ça booste un peu quand même !), et au final ce deuxième reportage était une réussite !

La deuxième souvenir est beaucoup plus vieux : j’étais au cp.
J’ai complèrement foiré le démarrage au cp, je ne comprenais rien à ce que racontait la maitresse., et surtout ren à ce qui était demandé !
Elle me gardait en retenue à toutes les récréations et le soir très tard, j’étais toute seule dans l’école. Et comme je ne comprenais toujours pas ce qu’elle demandait, ça se répétait chaque jour. Ma sœur ainé remontait toute seule de l’école et devait dire à ma mère que j’étais en « retenue ». Ma sœur évait eu cette même maitresse l’année juste avant et avait toujours eu de bons résultats.
Un soir, alors qu’il était très tard et qu’on m’attendait pour le raps du soir (je n’étais pas encore remontée…) ma mère, a été prise de colère et a dévalé le village d’un coup pour aller parler à la maitresse. Elles ont parlé longtemps, je ne sais pas le détail de la conversation. Mais grosso modo, ma mère me faisait confance sur ma capacité à l’école, il n’y avait AUCUN doute pour elle. En gros, elle lui a dit ça « avec Myriam ça ne fonctionnera pas comme ça. Il faut la laisser tranquille. »
Voyant qu’elle n’arrivait à rien, la maitresse a accepté de faire confiance à ma mère et d’essayer. Plus de punitions ni de retenues.

Je suis rapidement passée du groupe des très mauvais (cahier bleu) au groupe des très bons (cahier jaune). Oui on avait des protèges cahiers de couleurs selon notre niveau. Un peu barbare peut-être… L’important n’est pas là.
En fait je me suis rendue compte que je compliquais tout ce qu’on nous demandait.

Dans les deux cas c’est la confiance qui a rattrapé un grippage qui aurait pu vraiment mal finir.

Reply
Bonpunt - posted on 07/06/2018 14:30

Votre père n’était pas prisonnier de principes éducatifs, ce qui lui a permis de réagir de façon bienveillante et constructive.
Chapeau!.

Reply
FrédéricV - posted on 07/06/2018 09:55

waow ! Des commentaires de 2013….encore un evergreen !
Ma première approche de ce texte m’a emmené sur le chemin du ressenti et de sa grande sœur, la projection.
Nous sommes persuadés contre vents et marées que notre vision est juste et que ce que nous voyons ne correspond pas à une réalité objective universelle. Nous n’avons pas conscience de nos projections et nous les croyons comme si elles existaient indépendamment de nous.
Pour mieux la comprendre, rien de mieux qu’une histoire et la plus ancienne que je connaisse est l’histoire de la caverne exposée par Platon. N’hésitez pas à en lire son « étude de texte » sur wiki….
La projection est un mécanisme de défense de la psyché. Ces mécanismes de défense sont très archaïques et ils se mettent en œuvre inconsciemment même si nous en percevons les effets. Nous ne les maitrisons pas, ils nous habitent.
Là où le texte de Stéphane est percutant, c’est qu’il nous amène sur le terrain de l’enfance. Si les enfants connaissent le mécanisme de la projection au travers de la phrase « C’est celui qui le dit qui y est », il n’empêche que c’est durant l’enfance que nous mettons en place la plupart de nos stratégies inconscientes. Si certaines stratégies sont positives et nous permettent de nous épanouir en tant qu’adultes, d’autres, au contraire, nous entrainent sur des chemins sombres et nous enchainent dans des comportements névrotiques.
La solution nous est donnée au travers de ce texte. Nous construisons beaucoup mieux nos stratégies de défense lorsque nous connaissons le monde au travers de :
– La confiance en soi
– des croyances positives (et non limitantes)
– la foi
Et c’est l’éducation qui aide l’enfant à grandir. Mais n’oublions pas que nous éduquons nos enfants surtout par ce que nous sommes. Nous pouvons avoir tous les discours du monde pour paraître, les enfants nous voient par transparence. Il nous revient donc de développer également en nous et pour nous :
– La confiance en soi
– des croyances positives (et non limitantes)
– la foi
Le travail d’une vie…

Je terminerai ce commentaire par un exemple de projection que j’ai vu récemment.
Mes parents sont âgés et même s’ils sont encore actifs au travers de nombreuses associations, ils regardent beaucoup la télévision. J’ai été surpris lors de mon dernier séjour chez eux de voir la chaine BFM tourner en boucle alors qu’il n’y avait pas de grandes nouvelles à suivre en direct… 🙁
Alors que nous ne nous étions pas vu depuis quelques mois (nous sommes éloignés physiquement), le discours de ma mère était négatif sur l’état du monde, la prochaine guerre était proche, le danger était omniprésent….
Sans être un Candide sur l’état du monde, sur la montée en puissance des obscurantismes, je n’écoute plus les informations depuis longtemps et mon monde intérieur est rempli d’autres choses que des peurs. J’enrichis mon monde de lectures positives, de nouvelles techniques, de nouvelles découvertes, d’actions, de transformations. Alors oui, je ne suis qu’un petit colibri (Pierre Rabhi) qui veut éteindre un grand brasier mais je sais que je ne suis pas le seul colibri. Le travail réalisé par Stéphane est également un travail de colibri…
Ma conclusion portera donc sur l’INFLUENCE.
Qu’est-ce que j’intègre dans mon monde intérieur ? Quelles sont les influences que je choisis ? Vais-je choisir des influences pleine de malheur et de haine ? Vais-je choisi des influences pleines de bonheur et d’Amour ?
J’ai le choix ! Et je choisi d’aller vers un monde meilleur !
Merci Stéphane

Reply
FrédéricV - posted on 07/06/2018 15:22

Lapsus…
remplacer :
Nous sommes persuadés contre vents et marées que notre vision est juste et que ce que nous voyons ne correspond pas à une réalité objective universelle.
par
Nous sommes persuadés contre vents et marées que notre vision est juste et que ce que nous voyons correspond à une réalité objective universelle.
ou par :
Nous sommes persuadés contre vents et marées que notre vision est juste alors que ce que nous voyons ne correspond pas à une réalité objective universelle.

Reply
Prosper - posted on 06/06/2018 19:20

Hâte de lire la suite. C’est passionnant.

Reply
Céline Cauquil - posted on 06/06/2018 17:57

« La Confiance est l’ingrédient de base qui permet à tout le reste d’opérer »… Demain c’est loin!!!

Reply
Christophe - posted on 15/06/2017 11:27

Petit retour sur tes peaux de bananes que je savoure sans modération.
Pour moi, choisir son feedback c’est savoir changer de point de vue. C’est comme figer une scène et s’y balader pour la regarder sous toutes les coutures, et de s’arrêter dans l’angle qui convient le mieux.
Hummm… Il me faudra encore de l’entrainement pour que cela devienne systématique, et que donc je devienne capable de transmettre par l’exemple cette manière de vivre.

Reply
Christelle D_aka_NM - posted on 24/04/2017 22:17

Cette phrase me touche tout particulièrement : « Les parents peuvent choisir le feedback de leurs enfants. D’ailleurs, qu’ils le veuillent ou non, c’est ce qu’ils font. La Confiance est l’ingrédient de base qui permet à tout le reste d’opérer. »

J’avais déjà lu un article que tu as écrit sur le feedback et je n’avais jamais pensé à associer la notion de feedback à ma relation au quotidien avec mes enfants quand ils font une action qui me déplait. Merci pour cet autre point de vue.

J’attends avec impatience la journée de demain pour m’autoriser à lire ma dose homéopathique de peau de banane.

Reply
Mylene - posted on 10/02/2017 10:25

Bonjour Stephâte je reçois depuis hier cette peu de banane qui brille et qui me parle. Pas pour les mêmes raisons hélas mon père ayant glisse très jeune sur une peu de banane il était plutôt aux yeux des autres un antivol héros mais qui M a appris des valeurs importantes à mes yeux représentés par les héros qu il aimait et qu il M a appris à aimer. John Wayne et consorts en faisait partie…..
Pour aujourd’hui dans cette peu de banane c est l injustice que me touche, c est quelque chose qui M interpellé et j aurai réagi de la même façon que vous Stéphane. J ai d ailleurs eu moi aussi ce genre de peu de banane. Adolescente j ai défendu une amie ( nous avions13 ans environ) qui se retrouvait face à 3 agresseurs verbales qui souhaitait en venir aux mains. Évidemment pour éviter l exclusion du collège on devait se retrouver pour régler ça a la sortie… Le moment arrive l amie mise en cause M a laissée seule face aux 3 autres personnes et je dois dire que cela ne s est pas très bien passé pour moi j ai donné mais beaucoup reçu de coups. Un professeur à été prévenu et à pu intervenir en dehors de l enceinte scolaire ce qui ne nous a pas valu de problèmes particuliers. Néanmoins, le lendemain lorsque je me suis présente au collège avec un peu d appréhension il faut le dire, une surprise M attendait non pas de la part de mon amie qui me fuyait mais de celle des agresseuses. Elles M ont traités avec respect me saluant au passage et de toute ma scolarité autant que je me souvienne elles ont tj été la pour M épauler en cas de besoin. J aurai pu fuir mais j ai accepte d aller au bout de mes actes d en être responsable ce jour là sachant bien que de toutes façons le nombre étant supérieur cela aurait des conséquences. Une des valeurs que M a inculqué mon père ce antique héros par le biais de ses cultures littéraires et cinématographique.
Pour moi ce que votre père a fait en ne vous battant ou punissant pas s appelle l école de la vie et apporte son lot d enseignement supérieur à un degré bien différent qu un semble puissions aurait pu atteindre avec son lot d injustice et incompréhension. Votre père savait que vous aviez une raison pour agir de cette manière incompatible avec votre attitude habituelle et quotidienne il a donc préfèrété vous apporter quelque chose de plus constructif. Réalités ou métaphores qu importe, le but de prise de conscience étant l objectif merci

Reply
Annette Genêt - posted on 02/02/2017 11:01

Cher Stéphane,
Le temps m’a semblé trop court pour suivre vos derniers webinaires, j’avais tropu besoin d’en perdre ailleurs. Mais je ne peux pas m’empêcher de vous lire et les peaux de bananes c’est autre chose. L’émotion que ce père suscite en moi (le mien s’est volatilisé avant mes 3 ans) réveille pas mal de bonnes questions. Une sorte de leçon de confiance, mais est-ce que ça s’apprend la confiance ? Comme un apprivoisement ? Les neurones peuvent-ils lâcher prise? Ce père exemplaire semble y être parvenu. Vous avez eu cette magnifique chance et c’est probablement et entre autre ce qui fait de vous un coach généreux et patient. Merci.

Reply
Claire - posted on 29/11/2016 11:34

Déjà merci d’avoir parlé de la peau de banane hier pour me permettre de découvrir tout ça.

Je cherche mon feedback, et pour l’instant, je suis admirative de ton papa, je sais exactement comment moi je réagirais en tant que parent (et comment j’ai déjà pu réagir). et je regrette de ne pas réussir élever mes enfants dans le bon sens du terme : élever. je m’attache à grandir de mon côté pour y arriver.
Merci d’être une aide pour ce faire.

Reply
delarue - posted on 24/12/2013 10:58

Un vrai sourire et quelques larmes après lecture des deux premiers épisodes, lus à la file, c’est un rendez vous profond et porteur… merci et à demain

Reply
Estelle - posted on 20/08/2013 14:29

Bonjour Stéphane,
à la suite de la lecture de votre récit, les émotions me submergent. Le temps d’intégrer… pour partager mon feedback. Merci Stéphane, j’attends la suite avec plaisir.
Estelle

Reply
Sophie - posted on 23/07/2013 11:57

Il s’agit donc de transformer une circonstance peau de banane en événement constructif, de ne pas subir uniquement, je pense.

Reply
Stephane - posted on 24/07/2013 08:07

Bonjour Sophie,

Merci pour cette proposition.

Oui, c’est ça ! Mais ce que vous décrivez est déjà la deuxième étape. La première étape c’est de faire CONFIANCE à ceux qui vous entourent même si tout les accuse. Mon père m’a fait confiance, et je me suis senti en confiance dans cet atelier.

Il m’a confié une partie de son travail. C’est une marque de CONFIANCE absolue. Il a donné un travail de valeur à un «paria» au lieu de lui donner un passeport jaune. Tout ceci assorti d’enseignements que l’école ne sait pas prodiguer (ce n’est peut-être pas sa fonction – mais ça se discute -).

Le travail de transformation peut se faire une fois qu’on CROIT qu’il peut devenir constructif.

CONFIANCE, CROYANCE, FOI… Tout ceci se rejoint. Les enfants en ont besoin, comme les adultes.

A++

Stéphane

Reply
rose - posted on 16/07/2013 11:37

A chaque fois que le doute s’installe et que l’issue me paraît difficile, votre message apparaît et l’émotion renaît.
Vous me donnez la force et l’envie de croire en mon travail.
Merci pour cette belle journée qui va se terminer avec plus de sagesse qu’elle n’a commencée.

Reply
Stephane - posted on 24/07/2013 08:10

Merci Rose,

L’émotion est garante de l’action. D’ailleurs, ce mot se sépare en deux :
E : Comme énergie
MOTION : synonyme de mouvement

C’est donc l’énergie de l’action. Pensez-y, car le fait de le savoir, vous permet de la ressentir, et donc de passer à l’action.

Il y a tant d’actions qui attendent votre Energie.

A++

Stéphane

Reply
Michel - posted on 03/07/2013 05:08

Cette lecture matinale de cette belle histoire est un vrai bonheur, malgré la douleur de l’injustice éprouvée par ces deux frères. Cela résonne de plusieurs manière pour moi également. Un grand merci à vous et à votre père.

Reply
Stephane - posted on 24/07/2013 08:15

Bonjour Michel,

L’injustice… Oui, c’est ça ! SI la justice n’est ps spécialement motivante (tout le monde trouve ça normal), l’injustice est extrêmement démotivante. Cette exclusion aurait pu sonner le glas de ma passion d’apprendre.

Mais lorsque justice est rendue, la motivation revient, encore plus forte. Il y a des gens qui ont besoin de 10 années d’études spécialisées et de centaines de livres pour le comprendre… Mais certaines personnes le savent intuitivement.

Je suis de plus en plus convaincu que l’Amour mène vers la connaissance. Je m’en doutais un peu, mais chaque épreuve apporte une preuve.

A++

Stéphane

Reply
Suzanne - posted on 02/07/2013 08:15

Je ne sais pas si c’est une histoire vraie! (Je la crois véridique).
Comme incitateur de Coaching, vous avez aussi le droit d’inventer un conte philosophique éveillant.
Quoi qu’il en soit, cette histoire est vraie pour moi.
A cause des belles émotions qu’elle déclenche en moi.
Et parce que mon propre père était lithographe, qu’il m’a emmenée souvent à l’imprimerie et m’a laissée regarder ce qu’il faisait et ce que faisaient les autres corps de métiers.
Il disait: « l’école de la vie est dans le monde du travail … ».
Comme j’adorais dessiner, il m’a quelquefois demandé de réaliser sur papier les dessins qu’il reproduisait sur la pierre avant de faire agir l’acide qui creuserait les sillons où l’encre se logerait. Surtout quand il y avait des visages à dessiner, qui lui donnaient plus de fil à retordre.
J’en étais fière et j’aimais cette complicité.

Mais il y a bien plus dans votre texte. Votre père, quel père!
Il aurait dû écrire un traité d’éducation.
Et un autre sur « Qu’est-ce qu’aimer? » Car il en a les réponses.

Vivement demain,
Suzanne

Reply
Stephane - posted on 02/07/2013 09:14

Bonjour Suzanne,

Une biographie courte est toujours une exercice délicat. Ces événements sont vrais, même si j’ai dû réunir plusieurs histoires pour n’en faire qu’une seule.(pour la cause que vous évoquez).

Je me suis souvent invité dans l’atelier de mon père, et j’aimais l’aider (je ne sais pas si je l’aidais vraiment, mais j’en avais l’impression). J’adorais les odeurs de colle, d’encre, de graisse et de papier. Dès que j’entrais, l’ambiance était à l’efficacité artistique.

Lorsque j’ai quitté l’école (en classe de première), mon père a compris que je n’avais plus l’énergie d’y aller. Alors il m’a dit quelque chose qui ressemble à ce qui vous a été dit :

«Il y a des centaines de façons d’apprendre. L’école est un moyen parmi d’autres. A partir de demain, tu vas trouver d’autres moyens, car nous sommes des étudiants perpétuels.»

Quelques semaines plus tard, j’étais inscrit à EDUCATEL (cours par correspondance -je ne sais pas si ça existe toujours-), et parallèlement, j’ai découvert mille façons d’apprendre seul, vite et bien, avec des techniques tells que la suggestopédie, la lecture rapide, l’auto-hypnose, etc.

Mon père, auteur de «Qu’est-ce qu’aimer ?»… Ma mère confirmera !

A ++

Stéphane

Reply
Anicka - posted on 27/06/2013 22:53

Merci Stéphane, j’adore le programme Peau de banane!
Anicka

Reply
Stephane - posted on 02/07/2013 08:56

Bonjour Anicka,

Je savais que ça allait vous plaire ! J’ai même pensé à vous et à nos correspondances privées pour trouver l’Energie.

Au plaisir,

Stéphane

Reply
Christine - posted on 27/06/2013 09:11

Bonjour
Quelle chance d’avoir eu un père pareil !
Même si ce n’était pas tout à fait le même, il me rappelle le mien parti bien trop tôt…
Et toutes ses belles leçons que je ne comprenais peut-être pas assez bien à l’époque ! Mais toujours d’actualité.
Bonne continuation

Reply
Stephane - posted on 02/07/2013 08:55

Bonjour Christine,

Même si mon père a vécu jusqu’à 79 ans, il est parti trop tôt… Nos parents partent toujours trop tôt. C’est pour cette raison qu’ils ne nous quittent jamais complètement.

L’important n’est pas de comprendre leur enseignement en direct, mais d’en saisir l’atemporalité à l’âge adulte. Il m’a fallu des décennies pour comprendre la portée de la peau de banane. Les souvenirs sont lointains, mais l’essence est toujours prête à se révéler.

Bonnes découvertes,

Stéphane

Reply
Emmanuel17 - posted on 27/06/2013 09:05

Voilà un témoignage qui me remémore des événements personnels.
Dans mon cas, c’était un grand-père menuisier et non un père imprimeur…
Merci Stéphane pour cette « peau de banane ».

Reply
Stephane - posted on 02/07/2013 08:49

Bonjour Emmanuel,

Mon grand-père (maternel) était tailleur, et sa philosophie et son caractère m’ont également nourri, ainsi que sa façon de raconter les histoires tout en piquant le tissus manuellement ou à la machine. J’ai passé une grande partie de ma petite enfance chez lui. J’ai ainsi eu l’avantage de vivre deux enfances :

– Fils unique chez mes grands-parents
– Fils d’une fratrie de 7 enfants chez mes parents.

Mon grand-père (maternel) était très différent de mon père. Ils avaient du mal à s’entendre en surface, mais ils se respectaient profondément.

Hier, alors que je rédigeais la suite de mon hommage, je me suis dit «Tiens… Si je faisais un hommage à mon grand-père aussi». Ce serait très différent de la peau de banane, mais la dimension spirituelle sera bien présente.

Merci pour ce partage,

Stéphane

Reply
Jcd - posted on 26/06/2013 20:11

Tres belle histoire a laquelle on peut facilement s identifier en reveillant quelques souvenirs d enfance….

Reply
Stephane - posted on 26/06/2013 20:37

Merci Jean-Charles,

C’est vrai qu’en la relisant, je m’identifie facilement 😉

A++

Stéphane

Reply
PFOHL - posted on 26/06/2013 19:40

Bonsoir Stéphane,
Il faut remettre la fin de votre papier dans la machine offset:
une petite video sur la machine HeidelBerg, et non pas HeidelNerg !
Question: pourquoi votre frère Marc et vous-même n’avez-vous pas dit d’emblée à votre père ce qui a motivé à la fois votre agression courageuse et le dégoût de l’école de votre frère ?

Reply
Stephane - posted on 26/06/2013 20:36

Bonsoir Alain,

Merci pour la coquille (il y en avait même deux), c’est corrigé.

Mon frère n’est pas Marc, mais Dany (Daniel). Marc est le caïd qui a fini sous mes griffes, et qui est apparu comme la seule victime de l’histoire.

Face à certaines autorités (médecins, professeurs, police, etc.) les enfants n’osent pas dire certaines choses. Il peut y avoir plusieurs raisons :

On ne sait pas précisément pourquoi, mais il semble que les autorités étrangères font peur par leur supériorité :
– Elles peuvent prendre le dessus sur les parents et les enfants ne peuvent supporter cette idée qui rend les parents faibles
– Les parents peuvent également prendre parti en approuvant l’autorité étrangère, et si l’enfant le ressent comme une injustice, le parent (aimé plus que tout) devient injuste !
– Si le parent défend son enfant, alors que l’autorité l’estime coupable, le parent devient complice et coupable

Dans les trois cas, la solution de l’enfant est l’évitement. Ce qui n’est pas très proactif, mais permet de préserver les parents d’un danger imaginaire (parfois réel).

– Mon frère n’a pas été convoqué, et vous apprendrez demain que le problème dépasse largement le cercle de Marc.
– Marc ne se serait pas dénoncé. Il ne fallait pas compter sur lui pour rétablir la vérité.
– J’étais dans le bureau du proviseur, avec un garçon que je venais d’amocher (je n’avais pas l’habitude de me comporter de cette façon). Mon père a été accusé à travers moi (il est responsable de «l’animal» mal dressé), et tout m’accusait, y compris moi-même, car j’avais encore envie de tout casser !

La colère ne se libère pas si facilement. Nous verrons demain comment mon père va arranger tout ça.

A demain, et merci pour cette question,

Stéphane

Reply
Isabelle - posted on 26/06/2013 19:22

C’est vraiment « trop » génial comme histoire : bravo pour la qualité de fond et de forme de l’écriture !

Reply
Stephane - posted on 26/06/2013 20:38

Merci Isabelle, de savoir me lire…

Reply